citation

"A défaut de comprendre qui nous sommes et d'où nous venons, je ne pense pas que nous puissions réellement progresser " Louis B. Leakey
http://img104.imageshack.us/img104/5892/butterfly5bk0.gifhttp://img104.imageshack.us/img104/5892/butterfly5bk0.gifhttp://img104.imageshack.us/img104/5892/butterfly5bk0.gifhttp://img104.imageshack.us/img104/5892/butterfly5bk0.gifhttp://img104.imageshack.us/img104/5892/butterfly5bk0.gif

jeudi 27 mai 2010

Le moment est-il venu de réveiller la divinité qui est en nous ?


Une vieille légende hindoue raconte qu’il y eut un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma, le maître des dieux décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Le grand problème fut donc de lui trouver une cachette.
Lorsque les dieux mineurs furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent ceci : « Enterrons la divinité de l’homme dans la terre ». Mais Brahma répondit : « Non, cela ne suffit pas, car l’homme creusera et la trouvera ».
Alors les dieux mineurs répliquèrent : « Dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans ».
Mais Brahma répondit à nouveau : « Non, car tôt ou tard, l’homme explorera les profondeurs de tous les océans, et il est certain qu’un jour, il la trouvera et la remontera à la surface ».
Alors les dieux mineurs conclurent : « Nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d’endroit que l’homme ne puisse atteindre un jour ».
Alors Brahma dit : « Voici ce que nous ferons de la divinité de l’homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c’est le seul endroit où il ne pensera jamais la chercher ».
Depuis ce temps-là, conclut la légende, l’homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.
Mais récemment a été retrouvé un fragment de parchemin qui raconte la suite de l'histoire :
Si la part divine de l'homme n'agit que lorsqu'elle est visible, il en va différemment de sa part d'ombre qui elle, ne prend toute sa dimension qu'une fois cachée. Le maître des démons voulu mettre cela à profit et convoqua à son tour les démons mineurs en conseil pour savoir où cacher le coté maléfique de l'homme afin de le rendre actif.
« Enterrons la part d'ombre de l'homme dans la terre ». dit l'un des démons qui voulait s'accorder les faveurs du maître. Il fut alors réduit en cendres : « Non, celle-là d'autres y ont déjà pensé », dit le maître des démons.
« Cachons la au plus profond de lui-même». dit un autre. Le Maître répondit avec lassitude « La place est déjà bien remplie avec sa divinité », et il le fit se consumer sur place.
Alors le maître des démons dit : « Voici ce que nous ferons : nous cacherons la part d'ombre dans les règles qui relient l'homme aux autres hommes».
Depuis ce temps là, l'Homme qui cherche à redevenir un dieu, devient démon lorsqu'il rencontre d'autres hommes en oubliant d'être pleinement conscient.
Les démons précautionneux, prirent soin de déchirer la fin du parchemin pour que l'homme reste inconscient de sa part d'ombre et qu'ainsi elle puisse continuer de prospérer...
Source : blog de Jean-Michel Cornu - http://www.cornu.eu.org/news/la-fin-cachee-d-une-legende-hindoue

L’arrivée d’Uranus et de Jupiter dans le signe du Bélier ne marquerait-elle pas le point de départ d’une nouvelle évolution de l’homme, gavé de matérialité et assoiffé de spiritualité ?

Alors que Pluton est dans le signe du Capricorne depuis 2008, que Saturne a fait une première incursion en Balance fin octobre 2009 et y rentrera définitivement le 21 juillet 2010 jusqu’à l’automne 2012, Uranus s’apprête lui aussi à quitter temporairement les Poissons (du 28 mai au 13 août) suivi de Jupiter (du 5 juin au 8 septembre). Ils entreront définitivement en Bélier en janvier 2011.

Les signes cardinaux sont ainsi appelés car lorsque le Soleil entre dans l’un de ces signes, Bélier, Cancer, Balance, Capricorne, il se trouve à un équinoxe ou à un solstice, un point qui marque un changement significatif dans sa course annuelle.
Les mots clés des signes cardinaux sont « action » et « initiative ».
Ils marquent les changements volontaires décidés, apportent une énergie considérable pour entreprendre des choses nouvelles, se lancer dans de nouveaux projets.

Le Bélier donne l’affirmation de soi, le Cancer la sensibilité, l’imagination, la Balance le sens de la justice, de l’équilibre, le Capricorne confère l’élévation sociale et les honneurs qui en découlent.
Saturne peut être considéré comme le grand sage. Il met des freins, il limite mais pour nous permettre de réfléchir plus profondément, de mûrir nos projets, nos actions pour mieux les faire aboutir. Saturne nous éprouve pour nous aider, nous élever. Il nous oblige à prendre notre mal en patience.
Uranus c’est l’éveilleur, l’altruiste, l’humanitaire. Fortement affligé il devient la planète de l’excentricité, de l’insurrection contre les lois établies. Il fait naître des impulsions et évènements soudains et inattendus, provoquant une conduite inhabituelle et souvent étrange.
Jupiter c’est la bienveillance, l’expansion, l’optimiste. Il amplifie les choses, en bien ou en mal selon les aspects formés dans le thème.
Pluton quant à lui transforme, régénère, nous fait plonger dans ses terres profondes pour nous faire renaître, renouvelé. Il révèle ce qui est caché. C'est le justicier.

L’alliance Jupiter-Uranus allie expansion avec altruisme. En Bélier, cette énergie devrait nous permettre de nous affirmer de façon originale et optimiste nous donnant le goût de la nouveauté.
Mais attention, on pourrait avoir envie d’agir de façon radicale ou impulsive, des changements soudains, inattendus sont prévisibles et le carré à Pluton conjoint à Cérès en Capricorne devrait nous rappeler que nous récoltons ce que nous semons, donc attention à l’utilisation de la force ou du pouvoir mal dirigée, poussé par un instinct combatif et veillons à utiliser notre capacité d’analyse et de discernement.
Mais le sage Saturne est heureusement là pour apporter la réflexion, la lucidité (il quitte la Vierge en juillet chargé de son énergie) mais aussi l’équilibre, le sens de l’équité (il entre dans son signe d’exaltation, la Balance). S’il semble agir comme un frein, représenter un obstacle, c’est pour nous permettre de mieux gérer notre impétuosité, notre impatience.
Surtout que Mars aussi se joindra à Saturne cet été et sera donc un acteur de cette croix cardinale dont on parle tant. Cette conjonction à Saturne est préférable car celui-ci permettra sans doute de mieux juguler notre énergie et mieux réfléchir aux conséquences de nos propos ou de nos actes, apportant peut être une certaine stabilité et sécurité nécessaires pour faire face aux changements profonds qui sont à l’œuvre.

L’homme est doué d’intelligence, d’énergie créatrice et d’un libre arbitre, capable du bien et du mal selon qu’il se laisse guider par des pensées positives et nobles ou égoïstes et viles.
Dominé par la passion, la moitié de sa force créatrice est détournée pour la satisfaction des sens et empêche ainsi tout progrès spirituel.
L’énergie créatrice doit être tournée en haut et se dépenser de la manière suggérée par l’intelligence vers des fins altruistes.
L’homme est tel que ses pensées. Tout acte est l’aboutissement d’une pensée qui l’a précédé. Nous en sommes responsables. Elles ont une importance plus considérable que nos actes. C’est une force créatrice, c’est la source de l’activité humaine.
Peut être est-ce message que souhaite nous délivrer l’arrivée d’Uranus et de Jupiter en Bélier : Ne pas utiliser la force créatrice à notre propre profit mais pour l’humanité à des fins généreuses. L’homme recouvrira alors ses pouvoirs supérieurs qui le fera naître au monde spirituel.
Uranus-Jupiter en Bélier c’est la naissance, l’émergence de pionniers, porteurs d’un idéal plus élevé. S’ils sont nombreux, ils permettront le commencement d’une nouvelle phase d’évolution pour l’humanité.
Un vieil Indien expliquait à son petit-fils que dans chaque être humain il y a deux loups qui se font une guerre sans merci.
Un loup représente la colère, la jalousie, l’orgueil, la peur et la honte ; l’autre est la douceur, la bienveillance, la gratitude, l’espoir, le sourire et l’amour.
Inquiet, le petit garçon demande :
« Quel loup est le plus fort, grand-père ? »
Et le vieil Indien lui répond :
« Celui à qui tu donnes à manger. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire